Haïti...Augmentation de la pauvreté

D'après nos correspondants en Haïti, la vie y serait de plus en plus chère et la pauvreté de plus en plus aigüe. Les causes sont multiples.

Epinglons notamment l'inflation galopante, due essentiellement à l'augmentation sévère des prix de l'essence (qui ont bondi en juillet, provoquant de nombreuses émeutes), de l'alimentation et des soins de santé, l'insuffisance des structures de l'Etat, le manque de plans et de cohérence.

On peut bien sûr y ajouter les caprices de la nature (sécheresses,cyclones etc...), le dernier étant, par exemple le séisme de magnitude 5,9 , dans le Nord, heureusement, sans trop de gravité mais qui a quand même provoqué la mort de 17 personnes , de nombreux blessées et a laissé 7783 familles en besoin d'assistance humanitaire d'urgence.

De plus, d'après l'économiste Eddy Labossière, le recul d'Haïti dans le classement de la compétitive mondiale serait dû à son extrême niveau de corruption.

Haïti occupe la 138e place sur 140 pays à travers le monde, dans le classement du Forum économique mondial sur la compétitivité, publié le mardi 16 octobre 2018.

Dans le précédent rapport, Haïti occupait la 128e place sur 137 économies analysées à l'échelle mondiale.

La place qu'occupe Haïti dans ce classement n'est pas étonnante, elle est largement méritée si on considère le niveau de corruption qui bat son plein dans le pays, affirme -t-il.

« Aujourd'hui si le pays est pauvre, c'est à cause de la corruption. La Nation n'a jamais demandé des comptes », blâme-t-il.(P-au-P, 19 oct. 2018 [AlterPresse])

Suite à cette affaire, comme on dit chez nous,le 17 octobre 2018, le peuple s'est levé à travers le pays dans un un vaste mouvement de mobilisation anti-corruption suite à la dilapidation présumée de 3,8 milliards de dollars américains des fonds PétroCaribe d'aide vénézuelienne à Haïti .

Une foule immense, est descendue dans les rues, à Port-au-Prince, ainsi que dans diverses villes en province.




Tout cela provoque bien sûr de nombreuses tensions politiques et sociales qui ne sont pas faites pour aider le pays à aller de l'avant.

Quoiqu'il en soit, Terres Nouvelles n'a pas d'autres choix que de continuer à se montrer solidaire avec ceux qui souffrent le plus de cette situation et de continuer son action.


Grâce à notre journal, vous nous connaissez déjà ! Et nous tenons à vous présenter l'association Papa, « emmenée » par une famille d'origine haïtienne par la maman, et qui a toute notre confiance.



L'asbl a comme dénomination abrégée PAPA ou Pè Alfons Pou Ayiti. Son nom vient du créole d'Haïti et signifie Père Alphonse Pour Haïti. L'Asbl a été créée à la mémoire du père de famille Alphonse Moonen, ancien prêtre catholique d'origine néerlandaise, afin de continuer son œuvre qui était à l'origine d'aider les pauvres en Haïti. Il s'y est installé en 1957 et a consacré de nombreuses années de sa vie à venir en aide à la population haïtienne en construisant des bâtisses indispensables au peuple comme des écoles, des dispensaires, des châteaux d'eau, ... Il a toujours été à l'écoute de ce peuple qu'il aimait tant. Emporté par la maladie en 2010, il restera toujours dans le cœur des Haïtiens.

Notre Asbl est composée de quatre personnes:

- Moonen Marie Marthe, présidente

- Garot Jérémy, trésorier
- Martin Nathalie, secrétaire

- Jean-Etienne Elicie, représentante, organisatrice des évènements

OBJECTIF ET BUT DE L'ASBL Le but de l'Asbl est de venir en aide à la population haïtienne défavorisée dans différents secteurs tels que le milieu scolaire, culturel, environnemental, la santé, l'hygiène, ...

Le projet actuel consiste en l'envoi d'un conteneur .Ce conteneur (vêtements, matériels scolaires, outils de jardinage...) sera distribué dans un dispensaire à Port-au-Prince , « Soeurs de la Charité », qui y est actif depuis de longues années. Grâce à cet endroit, les Haïtiens peuvent bénéficier des soins de base pour un prix de 0,40 euros par consultation. Une multitude d'Haïtiens venant de tous côtés s'y présentent pour obtenir une aide ou pour se faire soigner. C'est un dispensaire très impliqué !


Cliniques mobiles

La Grand' Anse, située au sud-ouest d'Haïti, délaissée par le pouvoir central, est traitée en parent pauvre dans tous les domaines surtout sur le plan sanitaire. Se nourrir, s'éduquer et surtout se soigner sont un luxe. Plus de 60 % de ses sections communales n'ont aucune structure sanitaire et une bonne partie de cette population ne dispose ni de latrines ni d'eau potable, ce qui explique en partie une augmentation démesurée de certaines épidémies dans cette zone.

En outre, il faut ajouter les difficultés liées à l'exode rural, la population fuit les mornes devenus incultes et migrent vers les grandes villes, principalement Jérémie, le chef-lieu du département. La ville, conçue pour 100.000 habitants, abrite actuellement plus de 300.000 personnes, ce qui explique la prolifération des bidonvilles, la hausse de la délinquance juvénile, et surtout la précarité des soins de santé. Les paysans qui n'ont nulle part où aller et sont obligés de rester chez eux en milieu rural, subissent l'exclusion et la discrimination.

Cette situation s'est aggravée suite au cyclone d'octobre 2016.

Citoyens en Action, grâce au soutien de Terres Nouvelles, a pu réaliser 6 cliniques mobiles secourant ainsi 1626 personnes pour des soins divers ainsi que des extractions dentaires. Chaque clinique a débuté par une séance de formation sanitaire et s'est terminée par une distribution de médicaments.

Une distribution d'aide alimentaire et de produits sanitaires a touché plus de 2500 personnes et s'est déroulée de façon calme et organisée, évitant ainsi les vols et pillages fréquents dans ce genre d'action.

Fassin S.


"Aucun de nous en agissant seul ne peut atteindre le succès"

Nelson Mandela


MEILLEURS VŒUX 2018