HAÏTI

Le souhait du peuple haïtien est de (re)construire mais les ressources disponibles (financières, sanitaires, humaines...) ne sont pas à la hauteur des enjeux auxquels le pays est confronté.

C'est pourquoi l'Asbl TERRES NOUVELLES, active depuis 1973 y poursuit de nombreux projets.

Composée uniquement de bénévoles, l'association, également présente au Guatemala dans un projet d'enseignement supérieur, a pour but de poursuivre des actions-tremplins principalement en Haïti, à Port-au-Prince ainsi que dans les régions de Saint-Marc et de Jérémie.

Ses interventions s'inscrivent toujours dans la durée et permettent d'améliorer les conditions de vie (habitat, points d'eau, électricité...), de la santé (dispensaires, cliniques mobiles...), de favoriser la culture (bibliothèques, radio locale) et la scolarisation des jeunes (achats de matériels, salaires des professeurs...) et de donner aux habitants la possibilité de « s'en sortir par eux-mêmes » notamment par la création de mutuelles et de projets de microcrédits.

Terres Nouvelles souhaite également sensibiliser la population de notre région à la détresse du peuple haïtien.

TERRES NOUVELLES Asbl 

Rue du Fays 55

B-4450 LANTIN

Tél : 04-263.34.48

terresnouvelles@gmail.com

https://www.facebook.com/groups/50137217535/

Achèvement de l'école de Grand Fond - cours - cantine et dépôt.

Terres Nouvelles Asbl a transféré au CIDeCS Haïti (Saint-Marc) en 2019 un total de 47.829,09 € au bénéfice du village de Grand Fond, dont 10.006,14 € pour le fonctionnement de l'école, et 37.822,95 € pour la construction d'un mur de clôture en blocs de béton qui délimite et sécurise un périmètre autour de l'école (voir photos ci-dessous).

En ce début de 2020, Terres Nouvelles asbl a versé en janvier 8.105,60 € (8.800 USD) pour le fonctionnement de la cantine de l'école de Grand Fond pendant 6 mois : fourniture de 4 repas légers et de 1 repas principal par semaine à tous les élèves et au personnel de l'école (142 personnes au total). La rentrée scolaire s'est faite au mois de novembre ; un nouveau versement de 5.838,40 € (6.800 USD) a été effectué mi-novembre, destiné à l'approvisionnement de la cantine et au fonctionnement de l'école pendant 2 mois. Fin décembre, un versement de 9.996,79 € (12.000 USD) a eu lieu, aux mêmes fins, couvrant la période de janvier à avril 2021.

En 2021, 10.325 USD (8.701,45 EUR) ont été versés début mai, pour la période de mai à août, et 11.250 USD (9.707,87 EUR) fin août, pour la période de septembre à décembre, au bénéfice de l'école de Grand Fond et de sa cantine (repas pour 180 personnes).

Construction d'une clôture en dur autour de l'école de Grand Fond (débutée en avril 2019).

Appréciation de la clôture de Grand Fond

Il y a 2 ans, grâce à votre soutien et aux fonds de Terres Nouvelles, le mur entourant l'école a pu enfin être terminé.
Voici ce que nous en dit Gabuitho, le coordinateur du projet de l'école.
« La construction de la clôture de l'école CEBUS de Grand Fond est à date considérée comme la plus grande réalisation de la zone, elle donne une ampleur considérable non seulement à l'école mais à toute la zone, car elle devient une référence pour les habitants et pour tous ceux et toutes celles qui fréquentent Grand Fond. Quand on parle à un conducteur de moto taxi de Grand Fond, il vous demande si c'est après ou avant l'école.
Ce n'était pas ainsi avant la clôture.
Pour l'école l'importance de la clôture est multiple:
La clôture permet d'avoir un niveau de sécurité acceptable pour l'école, les inconnus ne peuvent pas comme avant pénétrer dans la cour de l'école, les animaux aussi sont restés à l'écart. Avant, lors du fonctionnement de l'école, on trouvait sur la cour des gens qui rigolent, qui pratiquent des jeux de hasard, des gens qui sont revenus généralement de la République Dominicaine. Toutes ces choses représentaient des menaces pour les enfants mais avec la clôture c'est fini.
Maintenant les élèves peuvent jouer en toute sécurité et on peut organiser des petites fêtes sur la cour en toute quiétude.
Vu que les bâtiments qui logent l'école ne sont pas grands, la clôture donne une grande apparence à l'école, on constate qu'avec la clôture et la cantine, l'effectif va en augmentant.
La clôture permet également de mettre en valeur le reste de la propriété en plantant des arbres fruitiers et d'autres plantes utiles surtout pendant la période pluvieuse.
Les différents témoignages venant des dirigeants de l'église Withe Rock, du personnel de l'école, des riverains de la zone montrent leur satisfaction pour cette réalisation ».
Ceci ne serait évidemment pas possible sans votre soutien...un tout grand merci !

GUATEMALA

Solidarité avec les Indiens du Guatemala

Le SIG est né de la fusion de 2 groupes dans les années 1980, il parraine actuellement les études de 175 Mayas au Guatemala.

Il fait partie de Terres Nouvelles depuis janvier 1986.

Depuis la conquête du Guatemala par les Espagnols, en 1524, le peuple Maya a subi une répression constante, sa culture a été marginalisée. Cette répression a été particulièrement virulente dans les années 80, faisant de nombreux morts. Parmi ces derniers, beaucoup étaient des dirigeants, animateurs ou membres actifs de Coopératives de l'Altiplano de San Marcos et Huehuetenango

En 1981, à la demande de membres de ces coopératives, un groupe belge de parrainages d'orphelins a été créé par Migèle Bouhon qui avait travaillé de nombreuses années avec ces coopératives. Jusqu'en l'an 2000, 250 orphelins environ ont ainsi été soutenus par le SIG dans leurs études.

Ce groupe de parrainages a fusionné avec le SIG, qui, dans les années 80, lors de la répression, avait comme objectif de faire connaître l'histoire et la culture des Mayas du Guatemala, notamment par des témoignages de Mayas réfugiés au Mexique.

Le soutien aux études, secondaires ou universitaires, s'est élargi à d'autres jeunes, depuis 1991, et cela grâce à la présence et au travail de dix comités indiens, répartis dans des régions et ethnies différentes du pays qui encadrent les étudiants. Ces derniers doivent apporter la preuve de leur engagement pour leur communauté́ et de leur désir et persévérance à l'étude.

Il y a actuellement environ 175 étudiants mayas.

En Belgique, une équipe met en relation les parrains et marraines (plus de 170) avec les étudiants. Les montants des bourses annuelles vont de 180 à 360 euros suivant le niveau d'étude. Le SIG-Belgique travaille en étroite collaboration avec l'équipe SIG-Maya du Guatemala, formée d'animateurs mayas qui soutiennent les étudiant(e)s. Par exemple, le règlement qui régit les bourses a été élaboré en commun. En 2016 le SIG Guatemala s'est constitué une personnalité juridique.

Le SIG essaie de rester en relation avec les étudiants diplômés : beaucoup travaillent dans les écoles Mayas. L'un d'entre eux, devenu sociologue a réalisé un travail de développement remarquable dans son canton d'origine, d'autres sont bourgmestres, directeurs d'école, conseillers juridiques...

Tant au Guatemala qu'en Belgique, les personnes qui travaillent à la réalisation de ce projet sont bénévoles ; la totalité des sommes récoltées est ainsi destinée directement aux bourses d'étude.

Tous ont la conviction que ce projet est important pour l'avenir du peuple Maya et du Guatemala.

Si vous souhaitez plus d'information sur ce projet, rendez-vous sur le site du SIG :

https://www.sigmaya.be/